Mariage traditionnel dans le Ndé, région de l’Ouest Cameroun (pays Bamiléké) CategoriesIci mais ailleurs

Mariage traditionnel dans le Ndé, région de l’Ouest Cameroun (pays Bamiléké)

La compréhension d’une tradition est le début de son acceptation. Deux moteurs ont motivé et motivent encore aujourd’hui le mariage dit traditionnel : “la parole donnée et l’établissement d’une société stable.”

Depuis la nuit des temps le mariage dit aujourd’hui traditionnel est célébré avec enthousiasme dans beaucoup de familles. C’est un moment de retrouvailles, d’engagement, de joie, de découverte d’une nouvelle famille et bénédictions des heureux tourtereaux. 
Ce mariage traditionnel était souvent décrit comme une cérémonie dédiée aux parents afin de leur permettre de se réjouir de l’union officielle prochaine de leurs enfants. Cette idée m’a accompagnée toutes ces dernières années jusqu’à l’explication apportée par mon père. Cette révélation m’a permis de comprendre et accepter cette tradition. En voici quelques éléments.

Tout commence par ce que nous appelons le “toquer de porte”. C’est une cérémonie de fiançailles traditionnelles. En effet, bien que la fille et l’élu de son cœur se côtoient depuis des mois voire années, cette cérémonie symbolique officialise auprès des parents de la fille, l’intérêt que le garçon porte à leur fille  ainsi que l’accord implicite des parents de cette dernière  à cette relation. En quoi consiste un “toquer de porte”. En bref, c’est une rencontre entre les parents (représentants de ceux-ci) des deux tourtereaux chez la famille de la femme. La présence des fiancés est requise mais pas obligatoire en fonction des familles. Le but de cette rencontre c’est la demande officielle de la main de la jeune fille/femme par la famille de l’homme. Pour de  nombreuses familles, le mariage est toujours une affaire de famille et non celle d’un seul individu. 

La démarche est symbolique mais très importante pour le début du nouveau couple en création.  A la fin de la cérémonie, la famille du garçon retourne avec une promesse d’étude de leur demande  par la grande famille de la femme et pas uniquement les parents. Et c’est le début des fiançailles. 
Les fiançailles sont pour notre culture un moment très important, les deux familles se connaissent de manière officielle, s’observent, s’étudient, analysent  les différentes affinités. 
À noter qu’à l’issue de cette période les deux fiancés peuvent se séparer ou aller à l’étape du mariage traditionnel appelé communément “la dot”. 

La dot est le mariage traditionnel et par cette dénomination de “mariage”, un engagement très fort et à vie. Une femme ne peut recevoir de son vivant qu’une seule “Dot” et pas plusieurs. Bien entendu cette approche n’est pas valable pour les hommes qui peuvent doter plusieurs femmes .  🙂
La cérémonie de la dot consiste en un moment très important et unique de retrouvailles des deux familles des futurs époux. Le terme famille est bien utilisé dans son sens le plus large possible: parents, oncle, tantes, cousins, neveux, amis proches, voisins…On devrait dire l’entourage familial qui a contribué de près ou de loin à l’éducation des futurs époux. Bien sûr tous les invités sont en tenue d’apparat, c’est un jour de mariage. Ils se sont déplacés nombreux afin d’accompagner leur fils et frère s’unir à sa future épouse. 

Dans la plupart des familles, la cérémonie commence par une présentation officielle des représentants des familles et des membres importants (père, mère, grand parents, oncles et tantes….).
A la suite de cette présentation, la famille du fiancé réitère sa demande à toute la grande famille de la femme. Généralement, à la suite de cette demande, la famille de la femme réalisera différents jeux et épreuves afin que la famille de l’homme puisse mériter leur promise. L’une des épreuves communément répandue est “deviner la mariée “. Elle consiste en un passage de plusieurs personnes (filles ou garçons) de taille semblable à la future épouse et cela sous un drap ou tellement bien camouflées qu’il serait difficile à la belle famille de découvrir la personne en dessous. La famille de la mariée fera plusieurs passages et si échec de la famille du marié, cette dernière devrait payer des pénalités. En effet, c’est un “outrage” de ne pas pouvoir reconnaître la future épouse. 

Une fois que la future épouse a été « découverte » par la belle famille, c’est la célébration et la joie car elle fait  officiellement son entrée dans sa nouvelle famille et devient leur fille, sœur et mère. Mais tout n’est pas encore fini, l’union des deux tourtereaux doit être scellée devant  tous les témoins présents.  Afin de sceller cette union, les familles ont préparées du vin de raphia ou vin de palme ainsi que de la kola. Les deux époux boiront de ce vin et en donneront à leur famille ainsi que la kola. La symbolique  est: ce qui est bu ce jour ne pourra pas être rendu, de même l’union scellée ne pourra pas être rompue car c’est un engagement à vie. Très fort comme symbole. Par ce geste, l’union est célébrée et par la suite des festivités avec repas, danses, chants seront  de mise.

Dans un esprit de famille, les tâches ont bien été réparties : le repas est concocté par la famille de la mariée et les boissons et un repas type sont apportés par la famille du marié. Après la cérémonie de la dot, la mariée a une nouvelle famille et doit quitter la maison de ses parents afin de commencer une nouvelle vie dans la famille de son mari. 
Le mariage traditionnel est riche de symboliques qui embellissent une tradition : la reconnaissance du mariage comme celui de deux  familles et pas de deux individus, la nécessité de valoriser la future épouse, les engagements qui renforcent l’acte fait devant beaucoup de témoins. Toutes ces valeurs et bien d’autres méritent bien d’être comprises et transmises d’une génération à une autre.

 

By Nelly.

 

Crédits Photos
Gravatar image
By

Merci à toi d'avoir agrandi la communauté des contributeurs Munabees !

5 comments

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *